Histoire de la Palestine Mandataire Britannique. Episode 3/5

exodusship

Où comment les britanniques, après avoir partagé la Palestine mandataire en deux, avec à l’Ouest du Jourdain le foyer national juif palestinien habité aussi par des arabes (la Palestine juive, 30% du territoire en y incluant la bande de Gaza) et à l’Est du Jourdain le foyer national arabe palestinien interdit aux juifs (la Transjordanie, 70% du territoire), ont décidé une nouvelle partition de la Palestine mandataire en partageant la Palestine de l’Ouest, initialement prévu pour être le foyer national juif, entre arabes et juifs.

Plan Peel 1937

Plan Peel 1937

En 1937, après les insurrections armées arabes sanglantes de 1920 et 1929, puis de 1935 et 1936 (avec l’appui des services spéciaux de l’Allemagne Nazie pour la dernière) en Palestine mandataire de l’ouest, les Britanniques établissent la Commission Peel.
La Commission a conclu que le Mandat était devenu irréalisable, et a recommandé la Partition dans un Etat arabe lié à la Transjordanie, un petit État juif et une zone neutre.
Pour faire face à des problèmes économiques, le Plan prévoyait d’éviter d’interférer avec l’immigration juive, étant donné que toute ingérence serait susceptible de produire une «crise économique», la plupart des richesses de la Palestine provenant de la communauté juive.
Pour résoudre le déficit budgétaire annuel prévu de l’Etat arabe et la réduction des services publics en raison de la perte d’impôt de l’Etat juif, il a été proposé que l’Etat juif paie une subvention annuelle à l’Etat arabe et absorbe la moitié du déficit de ce dernier.
Les dirigeants juifs, Chaim Weizmann et David Ben-Gourion, ont persuadé le Congrès Sioniste d’approuver provisoirement les recommandations de Peel comme base pour de nouvelles négociations.
Dans une lettre adressée à son fils en octobre 1937, Ben-Gourion a expliqué que la partition serait un premier pas vers «la possession de la terre dans son ensemble».
La direction arabe palestinienne a rejeté la partition comme inacceptable… En 1937, le consul général des États-Unis à Jérusalem a signalé au département d’Etat que le grand mufti de Jérusalem refusait totalement non seulement le principe du partage de la Palestine mandataire entre la Transjordanie arabe et la Palestine de l’Ouest juive, mais aussi le partage de la Palestine de l’Ouest entre arabes et juifs.
En 1938, des représentants d’Arabes et de Juifs ont été invités à Londres pour la Conférence de Saint-Jacques, qui s’est avérée infructueuse et le plan Peel a été rejeté.
Avec l’apparition de la Seconde Guerre mondiale, les politiques britanniques ont été influencées par le désir de gagner le soutien du monde arabe et ne pourraient pas se permettre un autre soulèvement arabe.
Le Livre blanc de MacDonald de mai 1939 a déclaré qu’il «ne faisait pas partie de la politique du gouvernement britannique que la Palestine ou une partie de la Palestine devienne un État juif», cherchait à limiter l’immigration juive en Palestine et restreignait les ventes de terres aux juifs.
Cependant, la Commission de la Société des Nations a estimé que le Livre blanc de 1939 était en contradiction avec les termes du Mandat tels que présentés dans le passé et donc non applicable.
L’éclatement de la Seconde Guerre mondiale a suspendu toute autre délibération.
L’Agence juive espérait persuader les Britanniques de rétablir les droits d’immigration juifs et coopère avec les Britanniques dans la guerre contre le fascisme.

exodusshipAprès la Seconde Guerre mondiale, en août 1945, le président Truman a demandé l’admission de 100 000 survivants de l’Holocauste en Palestine de l’Ouest, mais les Britanniques ont maintenu des limites à l’immigration juive conformément au Livre blanc de 1939 pourtant déclaré inapplicable par la société des nations.
La communauté juive a rejeté la restriction sur l’immigration et a organisé une résistance armée.
Ces actions et la pression des États-Unis pour mettre fin à la politique anti-immigration ont conduit à la création de la Commission d’enquête anglo-américaine.
En avril 1946, le Comité est parvenu à une décision unanime pour l’admission immédiate de 100 000 réfugiés juifs d’Europe en Palestine de l’Ouest, l’annulation des restrictions sur la vente de terres aux juifs, le fait que le pays ne soit ni arabe ni juif et l’extension de la Tutelle.
Les Nations Unis ont approuvé les conclusions de la Commission concernant l’immigration juive et les restrictions d’achat de terres, tandis que le Royaume Uni conditionnait leur mise en œuvre sur l’assistance américaine en cas de révolte arabe.
En effet, les recommandations ont déclenché des manifestations violentes dans les États arabes et appellent à un Jihad et à l’anéantissement de tous les Juifs en Palestine.
Le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations Unies adopta le Plan en tant que Résolution 181.

La résolution recommandait la création d’États indépendants sur le territoire de la Palestine de l’Ouest, un arabe et un juif et un régime international spécial pour les villes de Jérusalem et de Bethléem.
Le plan de partage, document en quatre parties annexé à la résolution, prévoyait la fin du mandat, le retrait progressif des forces armées britanniques et la délimitation des frontières entre les deux États et Jérusalem.
La première partie du Plan stipule que le Mandat prendra fin le plus tôt possible et que le Royaume-Uni se retirera au plus tard le 1er août 1948.
Les nouveaux Etats entreront en vigueur deux mois après le retrait, mais au plus tard le 1er octobre 1948.
Le Plan a cherché à aborder les objectifs contradictoires et les revendications de deux mouvements concurrents, le nationalisme palestinien et le nationalisme juif.
Le Plan prévoyait également une union économique entre les Etats proposés et la protection des droits religieux et des droits des minorités.

Le Plan a été accepté par l’Agence Juive pour la Palestine, en dépit de ses limitations perçues.
Les dirigeants et les gouvernements arabes l’ont rejetée et ont indiqué qu’ils n’étaient pas disposés à accepter toute forme de division territoriale, arguant qu’elle violait les principes d’autodétermination nationale énoncés dans la Charte des Nations Unies.

Immédiatement après l’adoption de la résolution par l’Assemblée générale, une guerre civile éclate à l’initiative des arabes de Palestine, qui attaque de toutes parts les juifs, et le plan ne peut être mis en œuvre.
Haj Amin al-Husseini a dit en mars 1948 à un intervieweur dans un quotidien de Jaffa Al Sarih que les Arabes n’avaient pas seulement l’intention de prévenir la partition mais «continueraient à se battre jusqu’à ce que les juifs soient anéantis».
Le 2 mai 1948, la Transjordanie déclare en privé aux émissaires juifs « qu’elle respecterait la décision d’indépendance et n’attaquerait pas l’état juif naissant ».
Le 14 mai 1948, la Palestine juive de l’Ouest proclame son indépendance et proclame l’état d’Israël.

arab-israeli-war_1948Le 15 mai 1948, la guerre civile en cours se transforme en un conflit interétatique entre Israël et les États arabes voisins, à la suite de la Déclaration d’indépendance israélienne de la veille.
Une invasion combinée par l’Egypte, la Jordanie, le Liban et la Syrie, avec des forces expéditionnaires d’Irak, entre en Palestine de l’Ouest.
Les forces d’invasion ont pris le contrôle des zones arabes et ont immédiatement attaqué les forces israéliennes et plusieurs colonies juives.
Les 10 mois de combats ont eu lieu principalement sur l’ancien territoire du Mandat britannique et pendant une courte période également dans la péninsule du Sinaï et dans le sud du Liban.
Lors de la conférence de Jéricho, le 1er décembre 1948, 2.000 délégués palestiniens appellent à l’unification de la Palestine arabe de l’ouest et de la Transjordanie comme un pays arabe à l’unité complète.
En décembre 1948, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la résolution 194 :
Elle appelle à la création d’une Commission de conciliation des Nations Unies pour faciliter la paix entre Israël et les États arabes.
Cependant, de nombreux articles de la résolution n’ont pas été remplis, puisqu’ils ont été rejetés par les États arabes et les arabes de Palestine de l’Ouest, puis éclipsés par la guerre alors que le conflit se poursuivait.
En 1949, Israël signe des armistices séparés avec l’Égypte le 24 février, le Liban le 23 mars, la Jordanie le 3 avril et la Syrie le 20 juillet.
Les lignes de démarcation de l’armistice, telles qu’établies par les accords, considéraient comme territoire israélien les trois quarts du Mandat britannique antérieur de Palestine de l’Ouest, tel qu’il existait après l’indépendance de la Transjordanie en 1946.

La bande de Gaza et la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, sont occupées et annexées respectivement par l’Egypte et la Jordanie.
La Transjordanie prend le contrôle de la Judée-Samarie et d’une partie de Jérusalem qui reste occupée par la légion arabe jordanienne à l’issue du conflit :
La Transjordanie proclame l’annexion de la Judée-Samarie et de Jérusalem-Est désormais rebaptisée et connue sous le nom de « Cisjordanie ».
Cette annexion est reconnue uniquement par le Royaume-Uni.
Tous les juifs sont chassés de « Cisjordanie » et des « fedayin » traversent régulièrement la « ligne verte » depuis la région annexée pour opérer des raids en territoire israélien.
Les 100.000 arabes de Palestine de l’ouest résident en Judée-Samarie et Jérusalem-Est annexées, renommées « Cisjordanie province Ouest du Royaume Hachémite de Transjordanie », quittent leur « statut d’arabe palestinien » et deviennent citoyens Transjordaniens avec des élus siégeant au parlement Transjordanien.
Ce ne sera qu’en juillet 1988, malgré qu’Israël est récupérer le Judée-Samarie en 1967, que le royaume hachémite de Jordanie renonce officiellement aux territoires de « Cisjordanie », mettant fin à la représentation électorale des populations arabes de la Judée-Samarie au sein du parlement jordanien et à leur nationalité jordanienne.
L’armée égyptienne prend le contrôle de la Bande de Gaza où vivent 200.000 arabes de Palestine de l’Ouest et en chasse les juifs y résidants :
MuftiLe Grand Mufti Hadj Amin al-Husseini, établi à Gaza depuis 1946 à la tête du « gouvernement de toute la Palestine arabe » (c’est-à-dire sans juifs), décrète la bande de Gaza sous protectorat égyptien et « terre arabe palestinienne de reconquête de toute la Palestine de l’Ouest ».
Le Grand Mufti Hadj Amin al-Husseini fonde le FPLP et accueil à Gaza un nombre important d’ancien SS et Wafen SS en fuite, en échange de la formation de ses « fedayin » au combat et à la propagande antisémite.
Le Grand Mufti Hadj Amin al-Husseini appel de nouveau le Royaume Hachémite à l’unification de la Palestine arabe de l’ouest et de la Transjordanie/Jordanie comme un seul et unique pays arabe à l’unité complète et sans juifs, mais le Roi Abdullah Ier reste sourd à ses appels.
L’Organisation des Nations Unies crée des commissions mixtes d’armistice pour surveiller les cessez-le-feu et surveiller que les accords d’armistice soient respectés.

Juste avant la signature de l’accord d’armistice israélo-jordanien, le général Yigal Allon propose de reconquérir la Judée-Samarie jusqu’au Jourdain en tant que frontière naturelle et défendable de l’Etat d’Israël.
Ben-Gourion refusa, voulant maintenir de bonnes relations avec les États-Unis et ne pas provoquer les Britanniques.
De plus, les résultats de la guerre étaient déjà satisfaisants, les dirigeants israéliens devaient construire une nation.
Le conflit déclenche d’importants changements démographiques dans tout le Moyen-Orient :
Sur 1.200.000 arabes vivant dans l’ancien Mandat britannique de Palestine de l’Ouest, environ 450.000 Arabes palestiniens ont fui leurs foyers dans la région qui est devenue Israël (et non pas 750.000 comme souvent écrit), environ 450.000 arabes décident de restés en Israël et deviennent des citoyens israéliens, 100.000 arabes vivent dans la nouvelle « Cisjordanie » sous citoyenneté Transjordanienne/Jordanienne, et 200.000 arabes vivent à Gaza sous administration égyptienne et gouvernement du Grand Mufti Hadj Amin al-Husseini.
Le statut de « réfugié arabe palestinien » a été créé par l’ONU pour ces 450.000 « déplacés », tandis que les nations arabes refusaient d’absorber les réfugiés palestiniens et les gardaient dans des camps de réfugiés tout en insistant pour qu’ils soient autorisés à revenir :
La Ligue arabe a ordonné à ses membres de refuser la citoyenneté à tous arabes palestiniens « afin de protéger leur droit au retour dans leur patrie arabe et musulmane ».
Cela a largement privés les arabes palestiniens du droit à la nationalité dans les États arabes les accueillants, sauf en Jordanie, et a permis, chose unique dans l’histoire des « réfugiés » du monde, de transmettre à leurs descendants, de parents à enfants, le statut de réfugié de guerre.
Cette transmission du statut de réfugié, de génération en génération, fait que de 450.000 en 1948, il y a aujourd’hui 1,4 million « réfugiés arabes palestiniens » vivant encore dans 58 camps de réfugiés reconnus au Moyen-Orient (ne sont pas pris en compte dans ce dernier chiffre les arabes palestiniens de Gaza et de Judée-Samarie qui feront l’objet d’un dernier « épisode »).

Pendant la guerre de 1948, environ 10 000 Juifs sont forcés d’évacuer leurs foyers de Judée-Samarie conquise et annexée par la Transjordanie.
Environs 1200 juifs sont chassés de Gaza par l’invasion et annexion égyptienne.
refugies-juifsMais au cours des trois années qui suivent la guerre de 1948 (1949-1951), le résultat de la guerre ayant exacerbé les hostilités des pays arabes et musulmans envers leurs communautés juives locales, environ 700 000 Juifs sont expulsés de leurs pays de résidence dans tout le monde musulmans et sont forcés d’immigré en Israël :
Ils sont principalement installer le long des frontières doublant la population juive.
De ce nombre, 250.000 venaient d’Afrique du Nord et 100.000 d’Irak, 136.000 venaient d’Europe des camps de réfugiés d’Allemagne, d’Autriche et en Italie, 270 000 venaient d’Europe de l’Est et de Pologne, et 50.000 venaient de l’Asie musulmane.
De plus, à partir de 1951, certains gouvernements arabes comme l’Égypte, ont parfois tenu leurs communautés juives en otage, et les persécutions, l’instabilité politique et les certains nombres de pogroms violents ont également joué un rôle dans l’immigration de quelques 800 000 Juifs du monde musulmans au cours des 30 ans qui suivirent les expulsions de 1949-1951 :
Environ 680 000 d’entre eux ont immigré en Israël et le reste s’établissant en Europe (principalement en France) ou en Amérique.

Buffalo

Laisser un commentaire