Goys in Eretz, Troisième jour

C’est l’heure de quitter Haïfa et le Nord d’Israël pour rejoindre Jérusalem. Nous faisons le check-out du Dan Carmel de Haïfa et nous prenons la route de Nazareth, notre seule étape dans ce voyage.

IMG_1064Nous avons rendez-vous avec le maire de cette ville où se côtoient arabes, chrétiens et juifs. Le maire, un arabe musulman pour la deuxième fois de l’histoire de la ville, nous reçoit dans la salle de réunion qui jouxte son bureau. Cette salle, où nous l’attendons quelques minutes, est un vrai musée, avec de nombreux artefacts archéologiques en vitrine qui captivent Pug mais hélas, nous y sommes nombreux ; il est servi, encore, une collation et il n’y a ni le temps ni la possibilité d’étudier cette exposition. Ali Sallam, le maire, a récemment fait parler de lui sur Internet en apostrophant publiquement un député arabe israélien qui était interviewé, lui reprochant assez hargneusement de mettre de l’huile sur le feu et d’appauvrir sa ville en fomentant des troubles qui tuent le commerce local. Ali Sallam nous explique qu’il travaille quotidiennement à maintenir la paix dans sa ville car le caractère international de l’endroit, très fréquenté par toutes les sensibilités chrétiennes en raison du site de l’Annonciation, l’exige absolument.

Ali Sallam, Maire de Nazareth, Reuven Naamat, Délégué du KKL en France, et Jeep

Ali Sallam, maire de Nazareth, Reuven Naamat, délégué du KKL en France, et Jeep

Son inquiétude principale est Daesh, qui pratique, selon lui, un islam falsifié, violent et qui n’est pas ce qu‘il devrait être. Nous entendons, dans les propos du maire les mots de paix, d’amour et d’aide envers son prochain. L’Islam n’admet pas d’atteinte à la vie, ni de barbarie nous dit-il. C’est Daesh qui alimente des craintes noires envers tous les autres musulmans, de la part des non-musulmans et qui dicte la haine et l’intolérance. L’appel d’Ali Sallam est celui de la compréhension, du dialogue, pour chercher un chemin ensemble. Mais le maire ne manque tout de même pas de se définir comme un « palestinien israélien » et appelle à laisser le Waqf s’occuper des lieux saints, sans intervention de la police ou autres forces spéciales, pour faire baisser les tensions. Les Juifs doivent respecter la propriété musulmane du Mont du Temple et ne pas chercher à modifier le Statu Quo ou à y prier.
Ces petites ambiguïtés, dans le discours très consensuel du maire, ne nous échappent pas ; puis les questions fusent et Pug n’aura pas la possibilité de poser la sienne. Il aurait souhaité demander à Ali Sallam si le respect mutuel ne passait pas, selon lui, par une ouverture égalitaire du Mont du Temple, dans le respect de la sensibilité juive.

IMG_3384Sortis de la mairie, l’adjoint au maire chargé de la culture nous montre diverses réalisations de la municipalité réalisées avec la coopération de Français.
Nous prenons ensuite la direction de l’église de la l’Annonciation. Pour nous, chrétiens, déambuler dans les rues de Nazareth est très émouvant, même si ce n’est évidemment plus la ville dans laquelle Jésus a passé son enfance et l’essentiel de sa vie. Mais les appels à la prière du muezzin retentissent pendant les 25 mn de promenade entre la mairie et l’Eglise, chronométrés par Jeep qui a décidément du mal avec ce qu’il considère comme une agression sonore et surtout un harcèlement moral, rappelant régulièrement la suprématie musulmane sur l’endroit.

IMG_1080L’Eglise de l’Annonciation est un bâtiment imposant et magnifique, la dernière église construite en Israël en 1969. Sa modernité surprend un peu mais l’on s’y fait vite. Sur sa façade, en latin, figure le verset de l’Evangile de Jean « Et la Parole devint Chair et habita au milieu de nous », entourée de rappels des évangélistes et de scènes de la vie de Jésus. Tout autour de la cour de l’Eglise, des tableaux représentent l’Annonciation, offerts par de nombreux pays, dont celui du Portugal dans l’élégante faïence portugaise typique qui attire le regard de Pug.  IMG_1082

L’Eglise a été construite sur les lieux d’une antique église dont les quelques ruines recouvrent l’endroit traditionnel où Marie reçut la visite de l’Ange Gabriel, selon l’Evangile de Luc, chapitre 1:

Et l’ange lui dit : Ne crains pas, Marie, car tu as trouve grâce auprès de Dieu. Et voici, tu concevras dans ton ventre, et tu enfanteras un fils, et tu appelleras son nom Jésus. Il sera grand et sera appelé le Fils du Très-haut ; et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; et il régnera sur la maison de Jacob à toujours, et il n’y aura pas de fin à son royaume.

IMG_1099Nous prenons quelques minutes, bien que pressés par le temps, pour tenter de trouver un peu de calme intérieur et de nous remémorer ces textes anciens qui fondent notre foi personnelle. Chose appréciable, par rapport aux sanctuaires de Lourdes ou de Fatima, il n’y a pas de démonstrations débordantes de mysticisme qui indispose toujours un peu les foutus calvinistes austères que nous sommes. L’ambiance est sereine et recueillie, propice à quelques minutes de méditation.

Le répit est de courte durée. Il faut avancer dans le programme et surtout, quand on sort, devinez quoi ? Re-muezzin ! Et en descendant la rue, nous découvrons des versets du Coran affichés sur le murs, ainsi que la prière dans la rue. Pug et sa jeunesse impétueuse fulminent et il regrette de plus en plus de ne pas avoir posé au maire la question du respect des autres religions par les musulmans.

IMG_1129Nous filons vers Nazareth Illith, littéralement « New Nazareth », la ville juive moderne construite aux abords de l’ancienne Nazareth. Nous entrons au « Christian Empowermet Council » pour y rencontrer le père Gabriel Nadaf, prêtre de l’église grecque orthodoxe. Cet homme engagé anime une association en faveur de l’enrôlement des jeunes chrétiens dans l’armée d’Israël. Il appelle à la justice, autant qu’à la paix, et dénonce le boycott car celui-ci porte en lui la haine. En Israël, cet homme se sent libre de sa pratique religieuse, ce qu’il ne pourrait pas faire ailleurs, tout autour d’Israël. Un privilège à défendre, pour le préserver contre ce qui pourrait l’anéantir. Les jeunes chrétiens doivent apporter leurs forces à Tsahal, c’est le sens fondamental de son message, porté par son propre fils actuellement en poste dans le Golan et ce, malgré une agression contre lui en raison des propos de son père.

IMG_1139Le chrono étant en marche, il faut se dépêcher d’arriver à Jérusalem avant le début du Shabbat, ce qui a été soigneusement respecté. A cette fin, de succulents plateaux-repas sont fournis dans le bus, pendant que nous prenons la route du Sud. Comme souvent, ce repas improvisé a une saveur particulière et est tout bonnement excellent !

Nous arrivons vers 15h30 à Jérusalem et nous descendons au Leonardo Plaza, non loin du siège du KKL et surtout, en face de la Grande Synagogue de Jérusalem où nous nous rendons, avec plusieurs de nos accompagnants, pour l’entrée du Shabbat. Après cette semaine chargée, ce moment à la Synagogue est un moment apprécié de calme, de recueillement et de méditation. Pendant 1h, nous écoutons les prières, lisons un peu et nous laissons gagner par l’émotion. Nous sommes à Jérusalem, même si nous ne réalisons pas encore, et nous y sommes pour Shabbat, à la Grande Synagogue. Difficile de faire mieux comme introduction à Jérusalem. 

IMG_1141De retour à l’hôtel, prêts pour le repas de Shabbat en présence du Président du KKL mondial et du Président de la Commission de la Sécurité et des Affaires Etrangères de la Knesset, nous prenons l’apéritif avec notre ami Nicolas quand nous sommes abordés par Robert Zbili, accompagné d’une charmante petite dame qui tient absolument à rencontrer les Goys. Nous ne le savons pas encore mais nous venons d’être adoptés par notre Maman Juive qui va veiller tendrement sur nous toute la soirée et une bonne partie de la nuit. Myriam A. est venue spécialement pour nous et participe au dîner de Shabbat pour être avec nous. De plus, Myriam est la maman de Hava, que Pug connait sur internet d’avant même l’aventure des Goys, lorsqu’il a écrit son texte « Pourquoi je suis Pro-Israélien » et dont il apprécie l’amitié et les conseils ! Ville de surprises et d’émotion qu’est Jérusalem ! Et ce n’est que le début de nos émotions.

IMG_3400Comme chaque soir, le repas est gargantuesque et il est entrecoupé de discours et interventions. Vers 22h, au dessert, c’est notre tour de prendre la parole, pour la première fois en public depuis le début du voyage. En quelques mots, ce qui est un exploit pour quelqu’un plutôt enclin à faire long, Pug réussit à expliquer l’action des Goys et à définir notre objectif par une formule qui emporte toute la salle : « Face à tant de haine d’Israël, nous avons décidé de répondre par encore davantage d’amour ! » Au nom de tous les non-juifs qui se reconnaissent dans notre démarche, nous remettons un cadeau au Président du KKL, Efi Stenzler : un trophée de verre avec, gravé au laser, notre logo et le verset d’Esaïe 40 « Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu ». Puis nous remettons de petites répliques de ce cadeau aux membres du KKL qui nous ont invité, accueilli et accompagné durant le voyage.

Dans l’heure qui suit notre intervention, impossible de nous rasseoir… Les invités se groupent pour échanger et nous féliciter, demandant nos coordonnées et cherchant toujours à comprendre ce grand mystère pour les juifs, pourtant évident pour nous de « Goys qui défendent Israël ».

IMG_3402Cependant l’heure passe et l’impatience grandit. Myriam nous a fait une proposition déraisonnable, selon certains, mais qui a déclenché l’imagination la plus débordante dans nos esprits déjà capturés par Sion. Il est presque minuit et, avec Myriam et son regard d’excitation amusée, il est l’heure de nous enfoncer dans la nuit des Montagnes de Judée, vers les murailles de la Vieille Ville, vers Jérusalem…

—-

Pug & Jeep



Laisser un commentaire